Avatar
Utilisateur
Nombre de message : 63
Créé :
Dernière visite :
Signature :
DV :discard::discard::icon_succes: OG :discard::icon_succes: LG :discard::icon_succes: CD :discard::icon_succes::icon_succes: SI :discard::discard::icon_succes::icon_succes: :icon_succes:TS :whistling::whistling: ME :discard::icon_succes: PV :icon_succes: PDN :icon_succes::icon_succes: VT :discard::-(:icon_succes: A :-( :icon_succes: PV+PDN+A :icon_succes: TTES MALEDICTIONS :discard: :icon_succes: LCO :discard: :icon_succes: UCé :discard::discard::icon_succes:
Posté
les cartes compétences avancées s'achètent avec les points d'expérience dès que tu as "l'autorisation" de le faire dans le jeu. Elles s'ajoutent au deck d'actions. Quand on a fait toutes les malédictions en même temps, nous avons pu acheter toutes les compétences avancées et ça aide beaucoup pour gagner sur la fin.
Posté
oups, j'ai mis de la ponctuation dans mon précédent message qui le rend plus clair ; si tu commences sur les tuiles 9 ou 10, tu as vraiment loupé quelque chose :angel: ;-)
Posté - Edité
tout dépend l'île sur laquelle tu te trouves ; tu ne dois pas être sur celle à laquelle je pense sinon tu l'aurais quittée autrement qu'à la nage ; sinon, il y a un radeau dans les cartes compétences
Posté
tu comprendras ce que veut signifier Kornemuse quand tu apprendras ce que tu ne veux pas que je te spoile ;)
Posté
sur la page Facebook commence à arriver des annonces à des prix non spéculatifs.
Posté
il convient d'apprendre à gérer les cartes 499 pour avoir al dorée le plus vite possible, sinon ya un truc pour retrouver une embarcation, mais dois je te le révéler ? sinon devenir l'ami des manchots peut s'avérer utile
Posté - Edité
Edit modérateur : Le spoiler suivant explique le fonctionnement détaillé de la montgolfière.
c'est une carte 700 qui t'indique comment te déplacer avec la montgolfière.
Tu mets la carte blanche dès que tu décolles avec la montgolfière, et, en décollant, tu pioches une
ou deux
carte 700.
Une carte météo va te demander de défausser la carte 700, tu e piocheras une nouvelle dès que la météo prendra fin (tu te poses par exemple)..


@Martinamjh : Merci pour la balise Spoiler mais pensez à bien apporter un contexte hors balise pour indiquer le contenu et donner le choix de l'ouvrir ou non. :-)
Posté
ne jamais oublier ce qui est écrit page 19 ; voilà un an que je joue et j'en ai découvert encore une avant hier sur laquelle nous étions passés de maintes fois
Posté
àmha, après avoir réussi cette malédiction très futée
la boite de la 7eC sera cubique noire
Posté - Edité
c'est vrai qu'on a dû s'y mettre à trois pour comprendre l'énigme qui est la plus difficile à résoudre, et après
on est devenu chêvre :D'
puis réussir.
C'est une malédiction très maline. J'ai adoré.
Après l'avoir résolue en collectif, je l'ai jouée en individuel sur mon ordi, mais j'ai fait une erreur de frappe qui fait que j'ai pas eu le temps passé ; je vais sans doute la recommencer pour savoir combien de temps il faut (quand on sait déjà la solution, mais pour le plaisir d'explorer et refaire un compte rendu)
Posté
récupérées pour découper les numéros pour les nouveaux intercalaires, ou coller des fan made
Posté
c'est à dire
ce dont il est question page 19
Posté
slt,
le pack de mise à jour avec des intercalaires supplémentaires est à 1€ (7€ avec les frais de port), sur le site https://shop.seriouspoulp.com/eu/fr/jeu-et-extensions-en-francais/66-second-edition-upgrade-pack-3760212172540.html
Posté
et vous avez trouvé ce qui permet de se faciliter les passages dans les couloirs ? ;-)
Posté
après avoir utiliser toutes les ressources de Howard nous parvenons à retrouver notre ami et nous parvenons à retourner au rivage avec lui


Temps passé (2e tentative) : 5h30
dont 32 minutes de combat
Posté - Edité
Cinquième jour

Howard a trouvé un hérisson qui l'a piqué, je l'ai dépecé et fais cuire, Keelan a mis la main sur un serpent que le hérisson allait manger, elle le met dans sa besace ça peut toujours servir.
Nous voilà plein d'énergie avant d'entrer dans ce gouffre qui passionnait Martel
et qui rend notre relique resplendissante
.

Sitôt l'entrée franchie je fais de la lumière gràce à ma torche, on observe des araignées mortes ça et là.

Après quelques centaines de mètres
nous parvenons dans la salle des hiéroglyphes
une cavité est visible dans laquelle s'encastre la relique luminescente
une niche plus étroite et encaissée devient apparente, il nous faut toute notre force pour nous y hisser, heureusement nous avions trouvé de la corde et de la liane...

Et là nous nous retrouvons dans cette chanson d'un certain Jean Philippe Smet qui n'est pas encore né...
Ma perche nous sert de bâton guide d'aveugle.
nous arrivons dans une pièce qui - à part la "couleur"- est la même que la salle blanche de l'IRCAM...


Et là,.... horreur !...
Posté
Quatrième jour

Nous avons bien dormi, nos blessures commencent à cicatriser, et ma nausée s'habitue à moi...
A travers une éclaircie dans le brouillard, Howard a remarqué une caverne à laquelle aboutit le téléphérique. Il décide de s'y rendre... nous le voyons revenir, il a un air stupéfait. A t'il enfin rencontré Chtulhu ?...

Il s'est retrouvé devant une statue
qui a poussé un cri surprenant que nous n'avons pas entendu
Keelan le note. Et nous repartons vers le nord où il va falloir franchir à nouveau ce précipice où ma perche a tellement manqué.

Cette fois j'ai pu en fabriquer une nouvelle avant de repartir et nous passons sans souci.

Plus nous allons à l'ouest et plus l'objet cher à Martel s'illumine, alors qu'il n'avait cessé de s'obscurcir depuis que nous allions vers l'est, notre petit jeu d'écolier semble marcher...
nous allons en maraude essayer de trouver de la nourriture
et saisir le moment où tout sera illuminé
.

Et voilà ce moment...
Posté - Edité
Troisième jour

Au premier rayon du soleil,
une figure étrange nous apparaît fugacement
Howard nous parle de Cthulhu, un personnage qu'il a inventé mais qui nous semble de plus en plus réel...

Nous ne nous attardons pas et partons vers l'ouest. Un long chemin que nous avons déjà parcouru quand soudain un dangereux précipice nous barre la route et je n'ai pas ma perche...

Howard y pallie et sitôt de l'autre côté Keelan découvre une plante difficile à cueillir qui va nous être très pratique pour rendre nos aliments savoureux lorsque nous trouverons de quoi manger.

Nous parvenons près d'une crevasse qu'un téléphérique improvisé permet de franchir. Nous sommes déjà le soir et pendant que Keelan étudie ses notes nous saisissons un gros oiseau qui s'est approché un peu trop près de nous. Il a eu le temps de lacérer Howard, qui s'en remettra autour d'un bon feu. Malheureusement Keelan n'a pas retrouvé la bonne plante sur place malgré ses recherches...
Posté - Edité
Deuxième jour
Keelan nous signale
que la relique chère à Martel a réagi lorsqu'elle s'est approchée de la statue près de notre camp après s'être réveillée,
un phénomène
que nous réalisons être en rapport avec le journal de notre ami disparu
.
Nous savons maintenant ce qu'il nous faut chercher et escaladons la falaise.
Mes amis premiers de cordée ont dû faire peur à un serpent qui m'a mordu lorsque je suis passé près de son nid, et, loi de l'emmerdement maximum oblige, voilà que nous nous retrouvons en pleine tempête de neige lorsque nous parvenons au sommet.

Nous marchons vers le nord, la neige fait place à un brouillard à couper au couteau. Je me remémore cette ballade dans le Morvan avec Martel où nous fûmes prisonniers d'une telle purée de poix : nous allongions notre bras et on ne voyait plus notre main.
Keelan se fait surprendre par un sanglier qui écorche son mollet en la chargeant, heureusement Howard tue cette sale bête qui ne l'avait pas vu. Je la découpe, je fais du feu et nous mangeons.

Après avoir récupéré toutes nos forces, Keelan, scoute toujours, nous indique qu'elle a aperçu un coffre vers l'est, nous nous y rendons, Howard l'ouvre et nous y trouvons une
flûte,
chose toujours pratique sur ce continent que nous avons déjà parcouru plusieurs fois.
Nous entendons un hurlement lointain, cela nous donne la chair de poule, Howard nous rassure par sa volonté et nous continuons.
Nous avions oublié que cette terre est volcanique et un geyser nous surprend en laissant s'échapper un gaz que nos souvenirs d'écoliers farceurs ne laissent pas indifférents : du sulfure d'hydrogène. Cette expérience ancienne nous permet de nous en sortir sains et saufs. Cela me fait penser que je mangerais bien quelques oeufs à la poële... et nous voilà repartis de bonne humeur.

Keelan est la première à apercevoir la haute statue que nous recherchions, effectivement
le disque s'illumine et
nous allons établir notre deuxième campement pour repartir en forme demain.
Posté - Edité
Un compte rendu de partie sur la malédiction "la chambre oubliée" conçue et réalisée par SaturnNitrik dispo ici : http://extraboard.net/la-chambre-oubliee.html

Je suis Ferdinand Lachapellière et je suis parti à la recherche de mon ami disparu de chez lui sans doute pour satisfaire sa passion.
Sa femme effondrée nous a fait promettre de le ramener.
"Nous" car je suis accompagnée de Keelan McCluskey : tous trois nous avions fait partie de l'expédition précédente au cours de laquelle il avait fait cette découverte qui hantait ses souvenirs. L'américain Howard P. Lovecraft, de passage en France et friand d'histoires fantastiques qu'il narre dans ses ouvrages a décidé de venir avec nous.
Premier jour.
Le bateau nous a déposé sur la côte là où nous avions accosté lors de la première aventure.
Immédiatement nous nous mettons à la recherche de Pedro, le cheval de Edouard-Alfred, il s'était enfui après avoir été mordu par une bête que nous n'avions pas découverte et s'était dirigé loin de ce qui refroidissait ses sabots...

Nous avons tué un volatile qui barrait notre chemin et gràce à la saccoche trouvée on a pu stocker sa viande.
Howard a eu un coup de blues et s'est fait une crise de paranoïa, mais nous l'avons vite raisonné ; il semble ne pas être insensible au charme de Keelan.

Nous avons pu nous désaltérer à un ruisseau
conduisant à un marais où nous avons trouvé la carcasse du malheureux Pedro, j'ai pu y arracher quelques lambeaux de viande et nous avons trouvé ce que Edouard-Alfred avait perdu lors de la fuite de son fidèle coursier.

Cet objet étrange brille d'une façon bizarre... petit à petit nous faisons une hypothèse plutôt drôle : on dirait un jeu d'enfant, comme nous le faisions à l'école,
nous retournons au camps et nous nous rendons vers les falaises où je tombe sur un nid d'abeilles, je grimpe
récupérer leur miel,
la sélection naturelle est impitoyable : me voilà fatigué, en descendant de l'arbre Keelan me signale un fruit qu'elle ne reconnaît pas, étonnant de sa part... elle me demande de le cueillir. Comme je ne suis pas non plus insensible à son charme...
Nous décidons de rester devant la falaise cette nuit, il est trop tard (et il serait dangereux) pour tenter l'escalade.
Keelan se régale du miel, Howard de la chair de l'oiseau, je goutte le fruit sur l'insistance de Keelan et me retrouve avec la nausée, elle le note dans son carnet. Cela ne m'a pas calé l'estomac, je mange un peu de viande
récupérée sur la carcasse du cheval
et je me retrouve avec la colique. Mes camarades me disent que je serai dernier de cordée demain.